5 étapes pour écrire son premier roman sans migraine

Pas besoin d’écrire un roman pour être unE écrivainE. L’écriture créative ne se limite pas au roman, certainEs écrivainEs se concentrent sur la BD, les scénarios, la poésie, les chansons, etc.

Par contre, je comprends très bien ton envie d’écrire un roman. Le roman a une certaine noblesse. Il faut de la patience et de la volonté pour rédiger un livre !

Plusieurs méthodes différentes existent et lire des « writing tips » pendant des semaines peut facilement venir tuer l’élan d’inspiration que tu as. Après tout, s’il y a une chose qu’unE écrivainE devrait faire, c’est écrire. Pas juste lire sur l’écriture…

Mais il est bien d’avoir une méthode pour éviter de se casser la tête quand tu seras renduE à la révision et même pendant l’écriture. Écrire est déjà assez compliqué comme ça, pas besoin de te mélanger toi-même dans ta propre histoire ! Je te présente la méthode du cartable. Elle t’aidera à :

  • Éviter de te mélanger dans tes personnages, lieux et autres détails importants
  • Retrouver l’information que tu cherches rapidement pour rester concentréE sur l’écriture
  • Organiser tes idées et les noter pour toujours pouvoir y retourner
  • Avoir une vision d’ensemble de ton projet
  • Développer à son maximum ton idée

Pantsers Vs Plotters

Te sens-tu plus à l’aise si tu as une idée d’où tu t’en vas avant d’écrire ? Si oui, tu es probablement un plotter (un planificateur ou une planificatrice).

Mais si tu crois que planifier un texte tue ta créativité, tu fais plutôt partie des pantsers (des improvisateurs et improvisatrices).

La méthode du cartable est autant valide pour les deux catégories. Je recommande aux planificateurs et aux planificatrices de remplir le cartable avant d’écrire et aux improvisateurs et improvisatrices, pendant l’écriture.

Écrire avec la méthode du cartable

Prends un vieux cartable à anneaux qui traine et mets-y un paquet entier de feuilles lignées. Tu en auras besoin. Sépare ton cartable en 3 sections : planification, recherche et révision (pour y mettre tes notes de révision, entre autres).

Étape 1 : laisse murir ton idée

Mijote ton idée ou comme Ingermanson dit : fais-là composter.

« Un carnet de notes pour écrivain est la meilleure façon d’immortaliser des mauvaises idées. Mon idée d’une bonne idée est l’une qui colle encore et encore et encore. »

— Stephen King

Laisse ton idée murir un peu dans ta tête. Regarde si d’autres ont écrit quelque chose de semblable. Demande-toi pourquoi cette idée résonne chez toi.

Lis des auteurEs qui t’inspirent et demande-toi pourquoi tu les aimes et prends des notes dans la section recherche de ton cartable (pour implanter ces processus dans ta propre écriture) !

Étape 2 : résume ton histoire

Peu importe ce que tu écris ou le genre dans lequel tu écris, le schéma narratif n’a pas tendance à changer trop trop.

Il était une fois quelqu’un. Tous les jours ressemblaient à ça. Jusqu’à ce qu’un jour il arrive ça. À cause de ça il est arrivé ça, ça et ça. Jusqu’à ce que finalement quelque chose se passe. Depuis ce jour-là, la vie se déroule différemment. La morale de cette histoire est cela.

C’est le schéma sur lequel Pixar se base pour ses animations. Es-tu capable de remplacer tous les éléments en gras ? Si oui, tu es presque prêtE à écrire.

Note ce à quoi tu arrives dans la section planification de ton cartable. Et crée une fiche descriptive de chacun des éléments remplaçant les « ça », « cela » et autres mots vagues. LEs fiches devraient contenir au minimum une petite idée de ce à quoi les scènes devraient ressembler une fois écrites.

Comme ça, chaque fois que tu te demanderas quoi écrire tu n’auras qu’à aller voir ton schéma narratif pour te rappeler de là où l’histoire s’en va.

Tu aimes être super organiséE ? Écris des fiches de toutes les scènes que tu penses mettre dans ton roman. Pas juste les principales. Ou après avoir fini une scène, viens la détailler dans ton cartable.

Étape 3 : fais tes recherches

C’est à partir d’ici que les improvisateurs et les improvisatrices devraient commencer à écrire. Va trouver les réponses à tes questions au fur et à mesure que les questions surgissent. Mais n’oublie pas de noter ce que tu trouves dans ton cartable pour éviter de rechercher 6 fois la même chose.

Si tu ne te sens pas prêtE à écrire, parce que tu n’as pas encore tous les éléments de ton histoire, ne t’inquiète pas : la méthode du cartable fonctionne aussi pour toi.

Prends le temps de rechercher tout ce qui t’embête et note le tout dans la section recherche du cartable.

Étape 4 : crée ton univers

Peu importe le type d’écrivainE que tu es, il est important que tu notes les informations importantes. Note au fur et à mesure si tu aimes improviser ; note avant de commencer à écrire si tu aimes planifier. Crée-toi des fiches de personnages, de lieux, de cultures, etc. et glisse-les dans la section planification avec le schéma narratif de ton histoire.

Comme ça, renduE au chapitre 22 quand tu te demanderas de quelle couleur sont les yeux de l’amiE du personnage principal, tu n’auras pas à tout relire ton manuscrit pour trouver la réponse…

Parce que crois-moi, tu te poseras la question.

Étape 5 : écris ton premier jet

En tant qu’improvisateur ou improvisatrice, tu as déjà commencé à écrire renduE là. Mais le conseil que je donne ici s’adresse aussi à toi.

Écrire un roman, c’est comme un flocon de neige

Randy Ingermanson a développé cette méthode quasi scientifique d’écriture créative qui consiste à tranquillement bâtir un roman en ajoutant des éléments, un à la fois à la manière dont est construit un flocon de neige dans la nature (si tu veux lire sur sa méthode, c’est ici).

Écrire un roman ressemble à la façon qu'un flocon de neige est construit : un triangle auquel s'ajoute une multitude d'autres triangles. Écrire un roman c'est partir d'une idée et la développer.
Image Wikipedia : Koch snowflake

Au début, un flocon, ça ne ressemble à rien : juste un triangle. Puis, si on ajoute quelques triangles, il commence à avoir l’air d’une étoile et finalement quand on ajoute des tas et des tas de triangles, on obtient un flocon.

Ton livre, au début ? C’est rien. Qu’une idée dans ta tête. Puis, tu écris une première scène et puis une autre… à la fin, tu obtiens ton premier jet. Et tu le réécris, jusqu’à ce que tu obtiennes x nombres de versions et que ton roman soit enfin un roman.

Tout ça pour te dire : ne désespère pas si ton roman te semble dégueulasse au départ ! Ça fait partie du processus. Le premier jet sert à créer la matière première (le triangle) qui te servira à écrire le roman.

Exemple : l’écriture de Nos étoiles contraires

Quand tu écris ton premier jet, garde en tête que ce n’est pas grave si c’est mauvais. Tu connais John Green ? Lorsqu’il a fait lire son manuscrit de Nos étoiles contraires à son éditrice, elle n’était pas certaine si les 40 dernières pages étaient censées être humoristiques ou non.

(spoiler alert)

Quand le personnage masculin principal (Augustus) meure, Hazel (son amoureuse) et un ami décident d’honorer la mémoire d’Augustus en se sacrifiants. Ils élaborent tout un stratagème pour tracker un mafioso en sachant pertinemment qu’ils se feraient tuer dans le processus, puis ils décident finalement de ne pas réaliser leur plan… Fin de l’histoire.

Évidemment qu’il a réécrit la fin.

Si tu veux voir l’entrevue où il en parle, c’est ici (12:30).

Comme je disais plus tôt, le premier jet c’est la matière première de ton roman. Lâche ton fou ! Tu auras tout le temps d’être logique et sérieux ou sérieuse plus tard.

Un premier jet court est un premier jet raté.

En bref

Et voilà ! Tu as donné le temps à ton idée de germer, tu as déterminé le fil conducteur de ton histoire, tu as trouvé toute l’information nécessaire à l’écriture, tu as donné vie à des personnages et tu as écrit.

Ce que devrait contenir ton cartable

PlanificationRechercheRévision
Fiches personnages et lieuxProcessus d’écriture à intégrerNotes de révision
Schéma narratifInformations trouvéesCommentaires de lecteurs ou lectrices
Liste des scènesInspiration (oeuvres semblables)Critiques

Si tout a bien été, tu auras un beau roman, tout chaud, tout frais entre les mains. Mais le travail d’écrivainE ne s’arrête pas là. Écrire un roman, c’est aussi le réviser.

Quand ton cartable sera bien rempli, n’oublie pas de me le partager @cercledesecrivains.

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *